Communiqué des personnels, parents et élèves de la cité scolaire Paul Valéry 12e

lundi 8 avril 2019
par  Sud éducation Paris
popularité : 3%

COMMUNIQUE – Cité scolaire Paul Valéry (Paris 12)

le 8 avril 2019

Ce matin l’établissement est bloqué par les élèves.

Les parents d’élèves, élèves et enseignants présents ce matin devant l’établissement dénoncent l’ingérence pédagogique de la direction qui est intervenue sans concertation dans les évaluations et les appréciations des enseignants juste après la clôture des remontées des résultats du second trimestre dans Parcoursup, mettant élèves, familles et enseignants devant le fait accompli.

Cette intervention se fait dans un contexte de contestation des réformes du lycée, du bac et de Parcoursup qui a donné lieu à des « évaluations de la confiance » du type 20/20 dans l’établissement.

A la demande du directeur de l’académie la direction a pris l’initiative de modifier les moyennes des élèves et les appréciations dans une totale incohérence, au détriment de leur dossier Parcoursup et à l’insu des enseignants. Ces modifications de la direction ont été faites au mépris des prérogatives pédagogiques des enseignants et, abusivement, en leur nom.

Si parents, élèves et enseignants n’étaient pas intervenus rapidement pour être reçus par le directeur d’académie M. Coignard au rectorat vendredi après-midi afin d’obtenir un délai supplémentaire pour rétablir les moyennes et appréciations dans Parcoursup, le rectorat était prêt à les laisser en l’état, compromettant gravement l’orientation des élèves. Il existe d’ailleurs un risque, après la fermeture de Parcoursup, que certains dossiers soient traités en l’état par certaines filières du supérieur ayant déjà remonté les données Parcoursup.

Dans le cas précis qui nous rassemble ce matin, nous redoutons que nos élèves soient pénalisés dans un climat de concurrence généralisée qu’on nous impose réforme après réforme.

Nous continuons à dénoncer l’instrumentalisation de nos évaluations à des fins de tri social, opéré par Parcoursup. L’obtention du bac doit assurer à chacun une place à l’université.

Nous continuons à dénoncer les réformes du lycée et du bac qui, au-delà des graves dysfonctionnements qu’elles vont occasionner aux rentrées prochaines, créent une rupture durable dans l’égalité des chances face au service public d’éducation et renoncent à réduire les inégalités sociales et territoriales.

Enfin nous sommes totalement solidaires des élèves, parents et enseignants du Lycée René Cassin à Gonesse (95) qui subissent les mêmes attaques d’une école dite « de la confiance ».


Annonces

Pratique







PNG